Catégories
ActualitésInternationalUSA

Euh… you said what about America? – The “All Votes Matter” campaign

Cela fait maintenant trois semaines que Joe Biden a été reconnu vainqueur de l’élection présidentielle de 2020 par tous les média importants des USA. Pourtant, le Président Donald Trump refuse toujours de le concéder et mène des guerres judiciaires dans différents états afin de forcer à recompter, voire supprimer les résultats des élections 2020 dans lesdits états.  

English version below

L’avocat de Donald Trump et ancien maire Rudi Giuliani annonçait, dans les conditions les plus comiques possibles, que l’équipe de campagne de Trump ne croyait pas que le processus de vote des élections présidentielles de 2021 était sécurisé et légal. Elle considérait que la victoire de Biden était volée et engagerait en conséquence une guerre judiciaire contre les bureaux de votes de certains états. 

Les états ciblés par l’administration de Trump incluent entre autres le Michigan, l’Arizona, la Géorgie et la Pennsylvanie. L’administration a choisi de les prioriser car ils sont les “battleground states” qui ont sécurisé la victoire de Biden. En politique américaine, le terme de battleground state se réfère aux états où le gagnant ne peut être facilement prédit par les sondages. Et, parce que les doutes sur le parti pour lequel ces états voteront subsistent jusqu’aux élections, Trump exploite cette incertitude pour convaincre son électorat qu’il les a gagnées. 

Cela correspond parfaitement à la rhétorique de Trump avant les élections. Sur plusieurs points, il avait intentionnellement donné des réponses ambiguës sur s’il accepterait ou non une défaite. L’ensemble des affaires infondées de fraude au vote qu’il a introduit devant les cours de justice a confirmé les soupçons qui existaient alors.  

Actuellement, la majorité des affaires de fraude au vote de l’équipe juridique de Trump  a été rejetée ou perdue. Joe Biden a déjà été informé par l’équipe de transition des sujets de sécurité nationale et a été reconnu par les médias et la loi comme le gagnant de l’élection. Et, alors que cela n’est jamais arrivé dans l’histoire américaine, la franchise du perdant de l’élection n’est pas requise pour la transition démocratique. Quoi qu’il en soit, les conséquences de cette décision et la nature des batailles judiciaires de Trump sont un angle d’attaque intéressant pour analyser le climat américain actuel et ce qui peut être attendu du prochain mandat présidentiel. 

Quelles étaient les accusations ? 

La plus ancienne plainte de Trump était le manque de sécurité entourant les bulletins de vote par correspondance. Les démocrates, préoccupés par la sécurité des votants, les avaient exhortés à voter à distance tandis que Trump, dans un déni de l’urgence sanitaire, n’avait pas fait de même. Cela signifie que la majorité des votes par correspondance avait été enregistrée par des personnes votant pour le candidat démocrate Joe Biden. Naturellement, Trump en a profité pour attaquer la légitimité des votes par correspondance (qui existent depuis la guerre civile américaine) dans l’espoir de réduire significativement le nombre de votes démocrates. Ces plaintes contre les votes par correspondance ont été jugées infondées par la majorité des média américains et la “La Cybersecurity and Infrastructure Security Agency” affirmait que l’élection 2020 était l’élection la plus sécurisée de l’histoire des USA.

L’autre accusation formulée par Trump était que les votants démocrates auraient envoyé des votes par correspondance au nom de personnes mortes. Ces accusations, relayées par le commentateur politique d’extrême droite Tucker Carlson, ont également été déclarées infondées car il n’a pas été trouvé le moindre bulletin de vote par correspondance sous le nom d’une personne décédée. Ce qui est encore plus révélateur de la tentative désespérée de Trump d’atteindre la légitimité même du résultat de l’élection, est que même si les accusations du Républicain étaient vraies, les votes non comptés n’auraient pas suffit à provoquer une victoire de Donald Trump. 

La dernière accusation majeure de l’équipe de Trump concerne l’aperçu du vote compté par les fonctionnaires républicains. Selon l’équipe juridique de Trump, les fonctionnaires républicain n’avaient pas une vue dégagée du processus de vote le jour des élections. Une fois encore, même Foxnews, un media définitivement conservateur, a déclaré que cela était faux. 

Le pari Républicain

Malheureusement, la vérité compte peu dans l’ère post-vérité et beaucoup des hauts fonctionnaires républicains ont soutenu les plaintes pour fraude du Président. Le chef de la majorité au Sénat Mitch McConnel, bien qu’il n’ait pas explicitement toléré le processus, a dit que Donald Trump était dans son droit de contester les résultats des élections s’ il croyait que le procédé était frauduleux. Secrétaire d’Etat, Mike Pompeo a affirmé que l’administration de Trump se préparait à une transition vers un second mandat de celui-ci. 

Mais pourquoi le parti républicain continue-t-il d’approuver cette tentative désespérée de Trump ? Il semblerait que ce soit une mauvaise décision politique étant donné le peu de chance qu’a Trump de gagner une de ces affaires. Toutefois, il est important de prendre en compte que Trump est toujours la voix la plus forte et influente des Républicains. Le président provoque un engouement, et a créé et dirigé l’image des Républicains tout au long de ces 4 dernières années. Les fonctionnaires républicains sentent toujours le besoin de se rallier à la figure du président pour maintenir sa popularité parmi les électeurs. 

Ce phénomène est exacerbé par le fait que les deux courses décisives au sénat auront lieu le 5 janvier 2021. Les deux courses, qui prendront place en Géorgie, détermineront la couleur politique du Sénat. Après la perte de la Chambre et de la Présidentielle en 2020, les Républicains placent leurs espoirs d’avoir un impact politique pour les deux prochaines années sur les élections du 5 janvier. Ils ont besoin de l’impact de la voix de Trump pour sécuriser ces deux sièges. C’est une opinion partagée par les membres tels que le Sénateur Romney, qui a prouvé lui-même être un républicain modéré pendant la présidence de Trump. 

Les Républicains, comme détaillé dans cet article, affrontent actuellement de durs défis en se réappropriant une image du parti qui n’inclut plus les attitudes anti-démocratie de Donald Trump.

Les impacts sur le coronavirus

La question certainement la plus importante est:  pourquoi tout le monde se soucie-t-il des pitreries de Trump ? Et bien… il semble qu’en ne concédant pas la victoire, Trump rend la transition de Biden très difficile en ces temps de pandémie. L’équipe de Biden n’a pas pu parler à l’équipe de Trump du coronavirus, pas plus qu’elle n’a été capable d’accéder aux ressources censées les aider à la transition entre les deux administrations. Cela constituera une difficulté superflue dans la commercialisation du nouveau vaccin du coronavirus une fois qu’il aura été approuvé pour la distribution. 

Même dans ses derniers jours en fonctions, Donald Trump et ses acolytes du parti républicain mettent en danger la vie des américains et l’image des états-unis, au sein du pays et à l’étranger.

English version

It has been three weeks since Joe Biden was declared winner of the 2020 Presidential election by all major media in the US. However, President Donald Trump refuses to concede and is waging a number of legal wars against different states looking to force a recount or even cancel the results of the targeted states in the 2020 election. 

Donald Trump’s lawyer and ex-mayor Rudi Giuliani announced, in possibly the most comical conditions possible, that the Trump campaign does not believe that the voting process in the 2020 presidential elections was safe nor legal. The Trump campaign considered the Biden victory a steal and would consequently wage legal wars against the voting offices of certain states. 

The states targeted by the Trump administration include Michigan, Arizona, Georgia and Pennsylvania among others. The administration chose to prioritize these cases because they were the “battleground states” that secured Biden’s victory. In American Politics, the term battleground state refers to states where no winner can be easily projected in the polls. And because there were doubts before the election on which side these states may vote for, Trump is exploiting that incertitude to convince his electorate that he won the election. 

Now, this is extremely in line with Trump’s rhetoric before the election. At many points, he purposefully gave ambiguous answers as to whether he would accept defeat. The flow of unsubstantiated cases of voter fraud that he is presenting state courts confirm suspicions that existed well before the election. 

Right now, the majority of cases of voter fraud by Trump’s legal team have been dismissed or lost. Joe Biden has already been briefed by the transition team on matters of national security and has been recognized by media and law alike as the President elect. And, although unprecedented in American history, the concession by the loser of a Presidential election is not required for the transfer of executive power. However, the consequences of this decision and the nature of Trump’s legal battles are an interesting angle to analyze the current American climate and what can be expected in the coming presidency. 

What were the accusations?

The earliest complaint Trump issued was the lack of security surrounding mail- in ballots. Democrats, concerned for the safety of voters, urged voters to vote by mail while Trump, in an effort to dismiss the urgency of the pandemic did not do the same. This means that the majority of mail-in ballots were cast by people voting for the democratic nominee Joe Biden. Naturally, Trump sought to attack the legitimacy of the mail in process (which has existed ever since the American Civil War) to effectively discount Democratic votes. These complaints against mail in ballots were deemed unsubstantiated by a vast majority of the American media and the Cybersecurity and Infrastructure security agency claimed that the 2020 election were “the safest elections ever in US history.” 

The next accusations made by Trump was that Democrat voters would’ve cast ballots in the name of dead people. This accusation, relayed by far right political commentator Tucker Carlson, has also been declared null as not a single ballot cast under the name of a dead voter could be found. What is even more telling of Trump’s seemingly desperate attempt to overturn the legitimate election result is that even though the Republican accusations were true, the votes discounted would not have been enough to make Donald Trump win the election. 

The final major accusation by the Trump team concerned the overview of the vote count by Republican officials. According to Trump’s legal team, Republican officials did not have a clear unobstructed view of the voting process on election day. Again, even Fox news, a decidedly conservative news media dismissed the claims as being bogus.

The Republican Gamble

Unfortunately, truth matters little in the post-truth era and many high republican officials have “humoured” the President’s claims of fraud. Majority Senate leader Mitch McConnel, although not explicitly condoning the process, said that Donald Trump is in his right to contest the election results if he believes the process was fraudulent. Secretary of State, Mike Pompeo said that the Trump administration was planning for the transition to a second Trump administration. 

Now, why would the Republican party continue to endorse this desperate attempt by Trump? It seems that it would be a foul political move given how unlikely Trump is to win any of his cases. Well, it is important to consider that Trump is still the loudest voice and influential voice among Republicans. The President has a cult-like following and has directed and created the Republican brand for the last 4 years. Republican officials still feel the need to rally around the President’s figure to maintain popularity among their electors. 

This phenomenon is exacerbated by the fact that two pivotal senate races will be decided on January 5th 2021. The two races, taking place in Georgia will determine the political colour of the Senate. Having lost the House and the Presidency in 2020, Republicans are placing their hopes for political power during the next two years on the January 5th races. They need the power of Trump’s voice to secure those two seats. This is an opinion shared by members such as Senator Romney who has proved himself to be a moderate Republican during the Trump Presidency. 

The Republicans, as detailed in this article, will face hard challenges in reclaiming an image of the party that does not include Trump’s democracy threatening attitudes.

Coronavirus implications

Possibly the most important question is, why should anyone care about Trump’s antics? Well… it turns out that by not conceding the race, Trump is making Biden’s transition extremely hard in times of a pandemic. Biden’s team has not been able to talk to Trump’s team about the coronavirus pandemic nor has it been able to access funds designed to help the transition between the two administrations. This will unnecessarily burden the delivery of the new coronavirus vaccines once these are approved for distribution. 

Even in the final days of office, Donald Trump and his cronies in the Republican party are endangering American lives and the image of the United States domestically and abroad.

Ressources :

  • Articles de presse

Lisa Mascaro. “Analysis: With silence, GOP enables Trump’s risky endgame”, AP NEWS, novembre 2020. URL

Andy Sullivan et Tom Hals. “Trump bid to overturn election stumbles as judge tosses Pennsylvania lawsuit”, Reuters, novembre 2020. URL

Maryclaire Dale. “Appeals court rejects Trump challenge of Pennsylvania race”, AP NEWS, novembre 2020. URL

Barbara Kollmeyer. “How Trump lawyer Giuliani’s Four Seasons press conference ended up at a garden center on Philadelphia’s outskirts”, Market Watch, novembre 2020. URL

Amy Gardner, Ashley Parker, Josh Dawsey and Emma Brown. “Top Republicans back Trump’s efforts to challenge election results – The Washington Post”, Washington Post, novembre 2020. URL

  • Vidéos

Trump & Election Results: Last Week Tonight with John Oliver (HBO) ; URL

Election Results 2020: Last Week Tonight with John Oliver (HBO) ; URL