Catégories
InternationalSociété

Erasmus, ce choix que les étudiants font chaque année

Erasmus, programme d’échange universitaire originaire d’Europe, permet aux étudiants de poursuivre leur cursus dans un pays européen au sein d’une université partenaire (dans  les 27 pays faisant partie de l’union européenne ainsi que l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Macédoine du Nord, la Serbie et la Turquie, bien que le programme Erasmus+ propose des mobilités dans d’autres pays partenaires). Cela leur permet alors d’aller étudier à l’étranger, d’apprendre d’une nouvelle culture et parfois même d’élargir les notions apprises en cours, sans avoir à mettre en pause leurs études universitaires.

Financé par l’Union Européenne, le projet d’origine consiste à souder l’Europe et faire coexister une identité nationale avec une identité dite européenne, tout en promouvant la citoyenneté. Ce programme existe depuis 1987 et connaît une participation croissante depuis ses débuts. En effet, au cours des trente dernières années, ce sont plus de dix millions d’étudiants qui ont participé au programme. Nous pouvons compter 67 500 mobilités financées en 2015 à 107 000 en 2020.

Pourquoi ce programme attire tant ?

Le programme de mobilité européen, tant populaire, l’est car il peut s’avérer avantageux pour les étudiants, notamment concernant les démarches administratives. Ces derniers, lorsque acceptés  dans un des pays de leur choix, s’inscrivent auprès de leur université locale, qui elle fera les démarches pour qu’ils soient inscrits dans l’université étrangère. Cela est bénéfique pour l’étudiant qui n’aura pas de frais supplémentaires d’inscription à payer sinon ceux de son université, comme s’il restait en France pour étudier, car il est officiellement inscrit dans son établissement. C’est une des raisons qui font que la France est le premier pays d’envoi d’étudiants Erasmus. En 2019, ce sont 57 087 étudiants qui en ont bénéficié.

De plus, et au-delà de la quasi-gratuité de l’enseignement supérieur en France, de nombreuses bourses existent afin de pousser et d’aider les étudiants à partir. Ainsi, Erasmus est un programme abordable et accessible pour les étudiants désireux d’élargir leur environnement. Cependant, le programme parfait n’existe pas, et Erasmus possède également des limites. Seuls les étudiants inscrits à l’université peuvent en bénéficier, et ce sous certaines conditions, ce qui réduit drastiquement le nombre de jeunes pouvant y participer. Une sélection sur dossier est faite au préalable et prend en compte les notes des semestres précédents ainsi qu’une lettre de motivation. Le nombre de places et le choix des destinations dépend des universités mais aussi des filières. Le programme tel qu’il existe aujourd’hui ne permet pas encore à quiconque le souhaiterait, de partir. Cela entraîne alors une rupture entre ceux qui peuvent et sont partis, et entre ceux qui n’en ont pas eu la possibilité, voir même la connaissance d’un tel programme. D’où l’importance d’élargir l’accès à la mobilité européenne, comme le permettent des initiatives en-dehors des universités, dont l’accès s’avère déjà être un privilège et n’est pas permis à tous (voir l’origine sociale des étudiants).

La mobilité et ses conséquences

La mobilité peut durer d’un semestre à un an et se fait généralement en troisième année de licence ou bien en master. Elle permet aux étudiants d’agrandir leur champ d’étude, de découvrir des matières n’existant pas dans leur pays d’origine et des manières de travailler qui diffèrent tout en gardant une formation équivalente à leur cursus. Cependant, l’expérience Erasmus n’est pas seulement enrichissante de par sa formation. Le social occupe une grande place également : les étudiants se retrouvent plongés dans une nouvelle culture qu’ils prennent le temps de découvrir, aux côtés d’autres étudiants Erasmus venant de nombreux différents pays. La communication est encouragée et facile, ce qui rend l’expérience encore plus enrichissante. L’échange est primordial. 

Ce cadre de communication et d’échanges à travers l’Europe est un facteur de prise de conscience pour les étudiants de leur appartenance à une citoyenneté européenne. Lors d’un échange sont remarqués les coutumes et architectures différentes d’un pays à l’autre, mais également les similarités avec son pays d’origine, ce qui fait se sentir chez soi même à l’étranger, connecté à plusieurs pays. 

Il est par ailleurs compréhensible que le programme Erasmus puisse effrayer. Il n’est pas évident de déménager dans un autre pays, loin de sa famille, ses amis, loin de tout repère. La barrière de la langue peut tout autant être un obstacle. Ces contraintes peuvent ainsi dissuader des étudiants de participer à l’échange. Cependant, ces inconvénients sont pour la plupart passagers, et une fois ces obstacles dépassés, l’étudiant se voit grandir en maturité et se sentir plus responsable de sa propre vie.

Ainsi, Erasmus est un choix que les étudiants ont fait et continuent de faire, à travers les générations. Le programme tel que nous le connaissons connaît cependant des limites, que l’Union européenne veut essayer de réduire, et ce en étendant le programme à partir de l’année 2022. Le nouveau programme cherche à se montrer plus inclusif, à pouvoir accueillir encore plus d’étudiants, d’origines encore plus larges, avec une augmentation de son budget de 80% par rapport au précédent budget pluriannuel. Le programme Erasmus ne cesse de se développer, avec comme objectif le même qu’à celui de sa création : le développement d’une union et une solidarité européenne.

Toutes les statistiques de la mobilité avec le programme Erasmus : https://www.staterasmus.fr/index.php

Pour aller plus loin sur les limites du programme Erasmus : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00204795/document

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *