Catégories
Actualités (écologie)Comprendre (écologie)

Le bonheur, un ingrédient essentiel en écologie

Adopter durablement une démarche écologique nécessite de se sentir heureux au quotidien car les crises environnementales et les réalités qu’elles révèlent peuvent être  une source d’anxiété. De nos jours, on parle même d’éco-anxiété.  Trouver sa voie,  son bonheur et identifier ses valeurs est donc primordial pour avoir l’énergie nécessaire à la transition écologique.  

« Quand nous prenons soin de nous, nous sommes plein d’énergie pour impacter le monde selon ce qui nous paraît désirable et juste »

Anaëlle SORIGNET [2]

Tu trouveras ici la  présentation rapide de 3 concepts proches les uns des autres visant à s’auto-questionner avec bienveillance pour s’aider à donner plus de sens à sa vie. N’hésite-pas à approfondir les sujets qui te parlent grâce aux ressources disponibles !

L’essentialisme, s’investir dans ce qui compte

« Qu’est-ce qui est essentiel pour moi ? » C’est cette question qui est à la base de l’essentialisme de Greg Mckeown.  Ce mouvement vise à prioriser ce qui a du sens par rapport à ce qui est moins important voire futile. A la manière d’un minimaliste qui fait du tri dans ses affaires matérielles, il s’agit ici de connaître ses priorités et de sélectionner ce qui mérite que l’on y  consacre de l’énergie.  

Il s’agit de comprendre ce qui est le mieux pour soi et de faire la meilleure utilisation possible de ses ressources internes . Celles-ci sont notre temps et notre énergie, en quantité limitée face à une infinité de possibilités et d’opportunités qui s’offrent à nous tous les jours.  Ce processus nécessite une réflexion sur nous-même afin d’aligner consciemment nos choix avec nos valeurs et nos besoins.

« S’autoriser à rêver d’un mode de vie où il n’y a que l’essentiel est une aspiration motivante pour cheminer dans ce sens-là »

Clotilde DUSOULIER [1]

En effet, cela nécessite de prendre un temps pour identifier nos priorités. Clarifier ses idées et ses convictions permet par la suite de se focaliser sur ce qui nous anime, ce qui a du sens pour nous (l’essentiel) au détriment du reste (l’insignifiant, le superflu).

Pour aller plus loin sur L’essentialisme :

[1] Podcast Change ma vie des outils pour l’esprit, Clotilde Dusoulier, épisode 91 « l’essentialisme » disponible en ligne sur https://changemavie.com/episodes/essentialisme

Blog Des livres pour changer de vie, Résumé du livre L’essentialisme  de Greg Mckeown, disponible en ligne sur https://des-livres-pour-changer-de-vie.com/lessentialisme/ (consulté le 18/03/2021)

Le bonheur est dans le flow

Le flow est un état mental qui a été identifié par le psychologue Mihaly Csikszentmihalyi. Il s’agit d’un mélange d’hyper concentration et de plénitude. L’individu en état de flow se trouve fortement engagé dans une activité pour l’intérêt intrinsèque qu’elle représente. C’est pourquoi le flow est associé aux notions d’engagement et d’implication totale. A ce moment-là, la performance et la fluidité sont à leur maximum : on parle d’expérience optimale. Nos pensées et nos émotions sont entièrement focalisées sur l’instant présent. Ainsi, le flow a un impact important sur notre mental. Il procure un profond bien-être, la confiance en soi, la motivation et la créativité.

Pour aller plus loin sur le flow :

Blog se réaliser, Bastien Wagener, Le flow : expérience optimale, disponible en ligne sur https://se-realiser.com/le-flow/ (consulté le 18/04/2021)

Podcast Une vie plus seine & sereine, Chloé Bloom, épisode L’état de flow, disponible en ligne sur https://www.youtube.com/watch?v=O_dbna0oWx4

Trouver son ikigaï

Ken Mogi est un neuroscientifique japonais qui présente le concept de l’ikigaï dans son livre Le petit livre de l’ikigaï : la méthode japonaise pour trouver un sens à sa vie [4]. Il s’agit d’une philosophie visant à trouver sa ou ses raison(s) de vivre. Vivre de ce qui nous passionne, réside dans notre aptitude à trouver un équilibre entre nos passions, nos missions, notre vocation et notre profession. Ainsi, ce concept concerne aussi bien notre vie professionnelle que notre vie personnelle.

Cette philosophe de vie a de multiples bénéfices, nous permettant d’être plus heureux et moins stressés. En effet, identifier son ikigaï et vivre selon ses principes directeurs procure de la joie et apporte de la confiance en soi. A noter que ce processus est individuel et requière de la patience et de l’introspection.  

« Reconnaître notre individualité est un levier puissant pour dépasser la crise écologique »

Anaëlle SORIGNET [2]
Source : [3]
Pour aller plus loin sur l’ikigaï :

[3] Blog Les nouveaux travailleurs, Comment Trouver son Ikigaï – Méthode en 4 étapes, disponible en ligne sur https://lesnouveauxtravailleurs.fr/comment-trouver-son-ikigai-ma-methode-en-4-etapes/ (consulté le 18/03/2021)

Moins mais mieux 

Faire ce qui a du sens pour soi nous rendra profondément heureux et inversement. Cette boucle vertueuse sera durable contrairement aux plaisirs temporaires procurés  lors de l’achat d’un bien matériel par exemple. Globalement, il s’agit ici d’avoir « moins mais mieux », de vivre « plus avec moins ». Ainsi, en identifiant sa raison de vivre personnelle, en faisant ce que nous avons toujours souhaité faire, nous rallumerons la flamme de nos désirs et de nos ambitions pour être aligné avec nos valeurs. Réussir à s’émanciper des injonctions et des habitudes de la société de consommation permettra de faire ce qui nous semble juste et nécessaire. Nous devons chercher ce qui nous fait vibrer au-delà des codes sociaux. 

« Tout le monde croit savoir exactement comment nous devrions vivre. Mais personne ne sait jamais comment il doit lui-même vivre sa propre vie »

Paulo COELHO  [5]

Ainsi, prendre soin de soi et écouter ses besoins nous donnera l’énergie et la créativité nécessaires pour défendre ses convictions. Nous aurons ainsi la force d’œuvrer individuellement et collectivement à une transformation sociétale.  En réalité, nous comprendrons le lien puissant entre son bien-être personnel et celui des autres êtres vivants qui nous entourent.

Mathilde ANTOINE


Sources :

[2] Anaëlle SORIGNET, 2020,  On ne sauvera pas le monde avec des pailles en bambou, Edition De Boeck Supérieur

[4] Ken MOGI, 2018, Le petit livre de l’ikigaï : la méthode japonaise pour trouver un sens à sa vie, Edition Mazarine

[5] Paulo COELHO,2007 ,l’Alchimiste, Edition J’ai lu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *