Catégories
Musique

Charlie Watts (1941-2021) : Laissons les étoiles s’éteindre

La disparition d’une personne, qui plus est de notoriété publique, n’est jamais une mince affaire. Si nous ajoutons à cela que cet individu a contribué au bouleversement de la scène musicale internationale, nous sommes certains que le défunt n’aura pas le temps d’atteindre le purgatoire que son jugement moral aura été effectué chez les vivants. Cependant, lorsqu’il a été question de la disparition du batteur discret des Rolling Stones, Charlie Watts (1941-2021), les médias sont tombés sur un os.

Comment parler d’un homme qui s’exprimait si peu et qui a pourtant eu un impact considérable sur le monde du rock ? A force d’écumer les médias et ses rares interviews, une autre problématique a germé: Avait-il envie qu’on parle de lui ?

Charlie Watts était certes le batteur des Rolling Stones, mais comme une antithèse au sein du groupe qui a sculpté l’image de la rockstar grâce à Mick Jagger et Keith Richards, il a prouvé qu’on pouvait contribuer à la légende sans pour autant chercher à agir en tant que tel. Ainsi, sa disparition à l’âge de 80 ans n’a rien de très Rock n’ Roll, Charlie Watts ne s’est jamais vraiment considéré comme un professionnel, encore moins comme une star. Alors, pourquoi ne pas laisser les morts tranquilles quand ils ont tout fait pour ne pas faire de vagues de leur vivant ?

Le rock a en quelque sorte redéfini la notion d’icône; surexposés, adulés par les fans et les groupies, les artistes sont devenus des gourous réunissant une communauté dévouée. Ainsi la mort de l’un d’entre eux n’est jamais un événement anodin; les fans de la première heure se souviennent des débuts et les nouvelles générations leur accordaient un caractère immuable.

Comme nous le savons tous, nous sommes voués à disparaitre, cependant le star-system tend à brouiller cette mortalité, justement parce qu’il a recours à des codes quasi-religieux. Certains médias, comme des charognards déguisés en dévots, gardent les anecdotes dans le frigo mortuaire pour les ressortir le moment venu. De ces hommages souvent forcés, nait une peine qui l’est tout autant. Il est indéniable que les proches, amis, fans et collaborateurs de Charlie Watts ont toute la légitimité du monde à être attristés par cette perte, mais la tendance que nous avons à tout sacraliser nous fait nous approprier la mort d’une personne qui souhaitait partir paisiblement.

Charlie Watts était et demeurera un batteur emblématique, membre des Rolling Stones depuis 1963 il s’est caractérisé par ses influences Jazz au point où il s’adonnait à sa passion en parallèle des tournées avec Mick Jagger, Keith Richards et Ron Wood. Défini par son caractère calme et son flegme purement britannique, il n’a jamais manqué à son poste et s’inscrit malgré lui dans l’histoire du Rock. Toutefois, chercher à lui accorder une dimension iconique serait comme négliger son mode de vie en plus de faire preuve d’une certaine mauvaise foi quant à l’évolution de l’industrie musicale. J’ai toujours entendu dire par mes parents fans des Rolling Stones que Charlie Watts était le véritable pilier du groupe. Aujourd’hui, alors qu’il n’est plus, je constate que les Rolling Stones tourneront sans lui et je me questionne à l’aide du problème philosophique qu’est le Bateau de Thésée1 sur ce qui fait l’essence d’un groupe.

1. Le Bateau de Thésée est un problème philosophique visant à questionner l’essence d’une chose: Thésée et son équipage s’en vont en mer, au cours de leur traversée ils modifient des éléments du navire, au point où à leur arrivée au port aucune pièce n’est d’origine: Est-ce qu’il s’agit toujours du même bateau ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *