Catégories
Cinéma

Palm Springs : La comédie qui fait du bien

Affiche de ©Palm Springs, Max Barbakow

A l’heure où vous lisez cet article, les Golden Globes viennent de remettre les prix de l’année, et on espère que le jury aura été aussi convaincu et charmé par Palm Springs que nous. C’est dans les catégories “meilleur film musical ou de comédie” et  “meilleur acteur dans un film musical ou de comédie” que le premier film de Max Barbakow est nommé. Montré pour la première fois lors du festival Sundance en janvier 2020, le film sort en juillet dernier aux Etats-Unis sur la plateforme Hulu. En France, Palm Springs est sorti il y a quelques jours sur Amazon Prime. Il aura donc fallu plus d’un an pour que le film atteigne enfin les spectateurs français, et avec les beaux jours qui arrivent, on ne pouvait rêver d’une meilleure date de sortie.

Palm Springs, c’est l’histoire de Nyles et de Sarah qui assistent au mariage de la sœur de cette dernière, et qui vont se retrouver coincés dans cette journée interminable. Sous le principe d’Un jour sans fin, le réalisateur actualise ce procédé et réinvente la comédie de mariage. Si le mariage de sa sœur n’était déjà pas une partie de plaisir pour Sarah, alors le revivre encore et encore, devoir affronter les discours, l’hypocrisie… cette journée devient vite la pire de sa vie. Mais les deux outsiders interprétés par les génialissimes Andy Samberg et Cristin Milioti, les acteurs respectifs de Brooklyn Nine-Nine et d’How I Met Your Mother, vont vite relativiser. Alors si rien n’a d’importance, Nyles et Sarah vont faire tout ce qui leur chante, ruiner le mariage, coucher avec les invités, tout leur est permis puisque demain, personne ne se souviendra de rien. Le duo d’acteurs fonctionne à merveille, tous les deux ayant déjà fait leurs armes dans la comédie, les retrouver dans ce premier film plein d’ambition est très encourageant. L’alchimie est immédiate. Max Barbakow modernise le concept sur lequel il base son film, grâce à ce duo débordant de charisme mais pas que. Les couleurs sont vives, les chemises sont à fleurs et le bleu des piscines rappelle celui des peintures de David Hockney. La Californie, à l’origine aride, est réhydratée par les bières qu’ils consomment et par leur insouciance. 

Nyles (Andy Samberg) se la coule douce dans ©Palm Springs, Max Barbakow

Si vous avez envie de voyager et d’oublier un peu votre quotidien, Palm Springs est le film qu’il vous faut. Un film de potes, un film d’amour, une comédie décalée et attachante. Bref, un anti-dépresseur assuré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *