Catégories
Actualités culturellesSpectacles

Coup de coeur chorégraphique : Mehdi Kerkouche et sa création DABKEH (vidéo)

Zoom sur le chorégraphe Mehdi Kerkouche et sa pièce DABKEH – performance à l’Institut du Monde Arabe

Le samedi 5 décembre dernier, Mehdi Kerkouche et sa troupe EMKA étaient invités à participer à La Nuit de la Poésie de l’Institut du Monde Arabe, l’occasion pour ces danseurs de présenter un extrait de leur pièce DABKEH.

Capture d’écran de la vidéo live du 5 décembre 2020 de l’Institut du Monde Arabe

Enorme coup de coeur pour ce passage d’une dizaine de minutes, qui ne laisse pas indifférent tant l’effervescence entre les danseurs est saisissante. La chorégraphie, la musique, la justesse dans les mouvements et dans l’intention, tout se combine pour transmettre au public la poésie et la puissance de cette création de Mehdi Kerkouche, interprétée avec brio par le chorégraphe et six danseurs de sa troupe, Lisa Ingrand Loustin, Sacha Noel, Anabelle Villechenoux, Enzo Boffa, Jordan Boury et Shirwann Jeammes.

DABKoi ?

La dabkeh (de l’arabe « coup de pied ») est une danse populaire du Moyen Orient dans laquelle les danseurs en ligne se tiennent la main, frappent fortement au sol et crient pour se donner de l’énergie. Elle est principalement exécutée dans les cultures arabes lors des grandes festivités.

D’origine algérienne, Mehdi Kerkouche, qui a toujours eu une attirance particulière pour les danses orientales, affirme avoir eu besoin de se reconnecter avec celle-ci. Dans sa pièce, il rend hommage à cette danse folklorique qu’il déstructure et recompose à sa manière ; il en garde l’esprit et l’énergie et y emprunte des mouvements traditionnels qu’il transpose dans une puissante chorégraphie contemporaine.

Capture d’écran de la vidéo live du 5 décembre 2020 de l’Institut du Monde Arabe

Dans un premier temps en ligne, le groupe se transforme, et les 7 danseurs tantôt s’harmonisent, tantôt se dispersent pour laisser place aux individualités. La performance toute en nuances alterne entre grâce et puissance des gestes, légèreté et force, énergie et poésie de l’instant.

Si Mehdi Kerkouche réussit à créer un pont entre tradition et modernité, entre folklore et contemporanéité, il crée aussi un lien entre culture française et arabe, faisant entrer sa création en résonance avec le lieu dans lequel il la produit. L’IMA a pour vocation de faire rayonner la culture arabe en France et de créer du lien entre ces différents pays, c’est dans cette optique qu’ont lieu tous les samedis soir les Nuits de la Poésie, évènement durant lequel la troupe a été invitée à se produire les 5 et 12 décembre.

En attendant de les retrouver, voici un extrait de leur dernière performance qui vous donnera sans aucun doute l’envie de les suivre :

Extrait de DABKEH, captation vidéo de la performance du 5 décembre 2020 à l’IMA

Une musique de Bachar Mar Khalifé :

Si la chorégraphie nous transporte, il n’en n’est pas moins de la musique du compositeur franco-libanais Bachar Mar Khalifé. C’est son morceau Ya Nas (ياناس) que Mehdi Kerkouche a choisi pour l’une de ses chorégraphies, une chanson traditionnelle koweitienne et hymne à la liberté interprétée par ce musicien.

Découvrir sa session studio sur France Culture :

Le 12 décembre prochain la troupe est de nouveau invitée à participer à la Nuit de la Poésie, ne manquez pas l’occasion de les découvrir ou les re-découvrir en suivant en direct à partir de 22h le live de l’Institut du Monde Arabe.

 

Le Tote Bag a besoin de vous !

Vous souhaitez nous aider à grandir ? C'est par ici :)

Le Tote Bag a besoin de vous !

Vous souhaitez nous aider à grandir ? C'est par ici :)